Road trip #2 : à la découverte de l’Ouest Australien (2ème partie)

Après avoir parcouru plus de 1200 kilomètres depuis Perth, nous sommes arrivés dans la petite ville d’Exmouth, située tout au nord de la côte ouest Australienne. Petit retour sur la suite de notre 2ème road trip Australien ! Pour tout ceux ayant manqué la 1ère partie, c’est par ici

P1090604

Le Cape Range national park est bordé par 50 km de plage

JOUR 8
Exmouth  et Cape Range National park, 160 km

Après une bonne nuit dans la Frogmobile, nous prenons la route direction le Parc National de Cape Range ! Situé à une centaine de kilomètres au sud-ouest d’Exmouth, le parc est accessible par une route goudronnée, bien que certains détours nécessitent un 4×4. N’ayant seulement qu’une journée pour visiter, nous avons décidé au préalable d’aller voir seulement les points de vue principaux. Le parc étant très étendu, nous allons en premier tout au sud, puis remontons vers le nord en faisant plusieurs arrêts. En passant, nous faisons un petit détour par l’office de tourisme, pour récupérer une carte, ainsi que des palmes pour Rémi, qui a envie d’explorer les fonds marins.

P1090558

Petite randonnée devant un paysage magnifique !

Le parc Cape Range offre une variété de paysages, tous plus beaux les uns que les autres ! Nous pouvons ainsi admirer au cours de la journée : une somptueuse gorge, où la roche rouge contraste avec le bleu de la rivière se jetant dans la mer, une mangrove, où des dizaines d’oiseaux vaquent à leurs occupations, des plages de sable blanc, où Rémi en profite pour faire un peu de snorkelling dans les eaux turquoises. Il a pu voir plein de jolis poissons, des beaux coraux, et … un requin de récif, à seulement quelques mètres du bord !! Malheureusement, il y avait trop de courant pour pouvoir le suivre et le prendre en photo…

P1090583

Un rock wallaby

Lors d’une petite randonnée, nous avons la chance de croiser des rock wallabies ! Très timides, ils se cachent dans les rochers, mais nous avons pu prendre celui-ci en photo !

Avant de repartir du parc, nous nous arrêtons au phare surplombant les environs. La vue sur l’ocean est superbe !

De retour en ville, nous achetons quelques cartes postales et retournons au camping, nous faire un bon repas ! Ici, la cuisine est immense ! Il y a au moins 6 barbecues, sans compter les plaques électriques, le grille-pain, la bouilloire… Le grand luxe !

P1090602

Le phare de Cape Range

JOUR 9
Exmouth à Tom Price, 570 km

Réveil aux aurores pour nous ce matin ! Nous décidons de ne pas trop tarder à partir, car la route qui nous attend va être longue ! Nous devons rallier la ville de Tom Price, à 570 km à l’ouest, qui sera notre point de départ pour le parc national de Karijini.

Cela fait bizarre de conduire vers l’est ! Cela faisait presque 5 mois que nous nous dirigions vers l’ouest puis vers le nord, donc c’est maintenant un changement de direction radical ! Mais ça veut aussi dire que le voyage continue, et que nous allons découvrir de nouveaux paysages !

P1090264 (1)

Pour ne pas tomber en rade, il faut faire le plein !

Sur la route menant à Tom Price, il faut faire attention aux animaux qui traversent la route. Dans les grands espaces australiens, les clôtures des fermes ne sont pas toujours hermétiques, et c’est ainsi que nous avions déjà pu voir des vaches et moutons sur les bords de route. Ce matin, ce n’est ni l’un ni l’autre que nous croisons, mais des biquettes ! Nous voyons tout d’abord deux petits cabris traverser au loin, puis, quand nous sommes arrivés à leur hauteur, la mère traverse pour les rejoindre, sans se presser, en nous regardant et en mâchouillant son herbe… Forcément, ça fait rire ! C’est quand même un pays plein de surprises ! On ne sait jamais à quoi s’attendre ici !

P1090612 (1)

Dans l’arrière pays, des panneaux indiquent si les routes sont ouvertes ou pas.

Les derniers kilomètres se font sur une piste de terre rouge. Notre petite Frogmobile ne proteste pas trop, car la route est plutôt pas mal… par contre, elle est vite recouverte d’une épaisse couche de poussière rouge ! Cette poussière s’infiltre partout, dans les moindres recoins, et est vraiment dure à enlever… Nous allons galérer à tout faire partir !

Arrivés à Tom Price, nous filons à l’office de tourisme pour récupérer une carte de Karijini, puis faisons quelques courses au supermarché du coin, avant de rejoindre le camping.

Vu qu’il fait encore beau, nous en profitons pour aller nous prélasser à côté de la piscine. C’est ainsi que nous rencontrons nos nouveaux compagnons de voyage : Mathias et Anca, un couple franco-allemand de notre âge. Ils font la même route que nous, nous décidons donc de passer la journée de demain ensemble !

JOUR 10
Karijini National Park

Aujourd’hui, nous allons dans un endroit dont nous avons rêvé depuis de nombreux mois : le parc national de Karijini. Nous avions vu des photos, entendus de nombreuses personnes en parler, et pour tout vous dire, nous n’avons pas été déçu une seule seconde ! Ce parc est à couper le souffle ! Deux sites principaux sont à visiter : un à l’ouest, et un à l’est. Les deux sont accessibles par une route goudronnée, mais il faut prendre une piste pour atteindre certains endroits. Aujourd’hui, nous faisons les sites accessibles facilement, car Mathias et Anca n’ont pas de 4×4 et ne veulent pas s’aventurer là où la route n’est pas très bonne (difficile de se faire dépanner au milieu de nulle part).

P1090626 (1)

Les gorges du parc national de Karijini sont impressionnantes !

P1090708 (1)

Nous commençons la visite par la descente dans une gorge. Le chemin est plutôt bien balisé et praticable, jusqu’à la toute dernière partie, qui se transforme en descente à pic le long de la paroi. Un peu d’exercise est donc de mise pour rallier le fond de la gorge et l’eau qui s’y loge. Nous ne résistons pas longtemps à la tentation de nous baigner ! L’eau est glaciale, mais c’est un lieu incroyable ! Nous nageons entre les parois escarpées, jusqu’à atteindre une crique, entourée de roche rouge. Le spectacle est incroyable ! Nous nous sentons tout petit à côté de ces immenses parois !

Après la remontée, nous filons à l’autre bout du parc, à l’est, pour y explorer les trois piscines naturelles. Une randonnée les rejoint, nous permettant de faire une boucle et de marcher tantôt sur la crête, tantôt au fond de la gorge.

Les piscines naturelles sont magnifiques, et nous décidons de nous baigner dans l’une d’entres elles. Entourée de roches et d’arbres, il y règne une atmosphère paisible et rafraîchissante. D’ailleurs, nous ne sommes pas les seuls à avoir compris que cet endroit est agréable par temps chaud : des dizaines de perroquets ont trouvé refuge dans les arbres, offrant un joyeux tintamarre. Chose étonnante, ces perroquets normalement d’un blanc étincelant sont tous roses ! En cause : la poussière rouge qui reste incrustée dans leurs plumes !

Après cette petite balade de deux heures, nous quittons Mathias et Anca, et rejoignons notre camping pour la nuit, au coeur du parc national. En chemin, nous nous arrêtons au centre culturel aborigène, pour voir quelques peintures et lire quelques informations sur la région. Le camping où nous dormons est assez cher, n’a pas d’électricité, mais offre l’une des plus belles vues de notre road trip. Nous assistons à un magnifique coucher de soleil dans le bush, avec le vol des perroquets en arrière plan et, plus tard, les milliards d’étoiles d’un ciel sans nuage.

P1090769 (1)

La poussière rouge s’incruste partout ! Nos pauvres chaussures sont toutes rouges !

JOUR 11
Karijini à Two Camel Creek (free camp), 200 km

P1090695 (1)

A Karijini, il faut parfois s’accrocher aux parois !

Nous commençons notre deuxième journée à Karijini par un réveil aux aurores. Dans la voiture, il fait vite chaud une fois que le soleil se lève. Nous nous préparons rapidement pour pouvoir profiter au maximum du parc pendant que la chaleur n’est pas encore trop étouffante. Aujourd’hui, nous allons faire plusieurs petites randonnées de niveaux de difficulté variés, pour aller voir différentes gorges. La première d’entre elles se nomme Handrail Pool. Pour y accéder, il faut descendre une échelle incrustée dans la roche. Ce n’est pas trop physique et ca vaut vraiment le coup d’oeil ! Nous y restons une vingtaine de minutes, car la fraicheur qui y règne est vraiment agréable ! Le soleil n’atteint pas encore le fond de la gorge, qui reste baignée dans l’ombre.

P1090764 (1)

Le deuxième endroit où nous nous rendons se nomme Hancock. La randonnée qui y mène est d’un niveau assez élevé. La descente se fait par un escalier naturel, qui descend presque à pic (pour la descente ça va, par contre il faut avoir de l’énergie pour tout remonter après !!! ). Ensuite, il faut longer une paroi rocheuse en essayant de mettre les pieds là où on peut. (On peut aussi marcher dans l’eau en contrebas si on préfère, mais nous aimons le côté escalade/aventure !). Plus loin, pas le choix, il faut mettre les pieds dans l’eau. On nous conseille de garder nos chaussures car la roche glisse pas mal. Chouette, nous allons pouvoir les laver et enlever toute cette terre rouge ! (Oui bon en fait, ça n’a rien enlevé du tout et à plutôt aggravé les choses…). Dernière étape de cette rando pour atteindre l’un des plus beaux endroits du parc : un spider-walk. Littéralement : la marche de l’araignée. Le principe est simple. A votre gauche : un pan de roche. A votre droite : la même chose. Entre les deux, une soixantaine de centimètres, et de l’eau en contrebas. Le but est de mettre un pied à gauche, et un à droite, et de marcher sur une dizaine de mètres en se maintenant à la roche et en essayant de ne pas tomber. En voyant les autres le faire, on se dit que ca à l’air simple. En réalité, ca glisse beaucoup, et il n’y a pas beaucoup de prises ! Il faut donc faire très attention à ne pas tomber. Nous sommes bluffés par un père faisant le trajet avec sa petite fille à califourchon sur son dos…. Pour les moins téméraires, il suffit de mettre les pieds dans l’eau encore une fois. Nous avons vu plusieurs personnes rebrousser chemin à la vue de ce parcours du combattant, et quel dommage ! Le spectacle qui s’offre à nous est l’un des plus beaux paysages que nous ayons eu la chance de voir depuis notre arrivée en Australie. Une piscine naturelle se tient entourée par la roche rouge, qui a été érodée par l’écoulement des eaux au fil des millénaires. La roche est donc lisse et l’on peut très bien apercevoir les différentes strates, de couleur différentes. Le contraste avec l’eau bleue est saisissant. Malheureusement, aucune photo ne peut rendre justice à la beauté du paysage. Nous ne pouvons donc que vous conseiller de vous rendre vous même sur les lieux !

P1090786 (1)

Notre endroit préféré du parc ! Magnifique vous ne trouvez pas ?

Après la fin de notre visite, nous décidons de faire un peu de route, pour rejoindre un free camp sur la route menant à Port Hedland. Nous assistons pendant la nuit à un spectacle magique. La lune, énorme et flamboyante, qui se couche a l’horizon

JOUR 12 et 13
Free camp à Barn Hill Station, 634 km

Beaucoup de temps en voiture pour nous ce jour là ! Nous passons aux abords de Port Hedland, ville portuaire qui ne donne absolument aucune envie de s’y arrêter si ce n’est pour faire le plein. La suite du trajet se fait lentement, car la route est jonchée de travaux ! Nous devons nous arrêter à maintes reprises pour les circulations alternées, et de nombreuses portions ont une vitesse réduite, ce qui ne nous enchante guère. Nous n’avons qu’une hâte : arriver au camping !

P1090800 (1)Notre campement des deux prochaines nuits se fera à la Barn Hill Station ! Très répandu en Australie, le concept de Station est cependant nouveau pour nous. Il s’agit d’une ferme qui accueille des campeurs sur son terrain. Les stations sont plus ou moins bien équipées, mais restent tout de même plutôt basiques et assez rustiques. Pour y accéder, il est nécessaire, en général de passer par plusieurs clôtures. Il faut donc descendre de voiture, ouvrir le portail, et le refermer aussitôt, pour empêcher que les bêtes ne s’échappent (quand on les voient, car cette station où nous arrivons est immense !). Après 3 clôtures différentes et une route plus ou moins ensablée, nous atteignons le campement. Nous sommes agréablement surpris de voir autant de monde ! Nous ne pensions pas que les caravanes oseraient s’aventurer sur un tel chemin et pourtant, elles sont bien là ! Il faut dire que les commentaires pour cette station étaient excellents sur Wiki Camps, notre application préférée pour voyager en Australie ! A notre arrivée, nous nous rendons à la réception. Le propriétaire se montre très aimable ! Il nous indique notre emplacement, et nous informe que ce tiendra ce soir un repas accompagné de musique. Le principe : pour 12 dollars chacun, nous avons droit à un bon repas (soupe, légumes et viande, salade de fruits), le tout face à la mer, avec pour fond musical un groupe aborigène. Chacun ramène sa table, ses chaises, assiettes et couverts ainsi que boissons, et s’installe où il veut sur la pelouse. Nous adorons le concept ! Du coup, nous nous inscrivons d’emblée ! Lors du repas, nous nous retrouvons assis entre deux couples de Grey Nomads, et la soiree se déroule à merveille ! D’ailleurs, ça a un succès fou car presque tout le camping est là !

P1090797 (1)

Nous avons beaucoup aimé ces rochers sur la plage !

Le lendemain est signe de repos et de farniente ! Le matin, nous partons nous promener sur la plage. Celle-ci est très jolie, car de nombreux rochers s’y dressent. Une roche rouge qui contraste avec le sable blanc et l’eau bleue. Nous aimons beaucoup cet endroit ! Nous y faisons la rencontre de Monsieur Bernard ! Il s’agit d’un petit bernard l’hermitte qui à la “malchance” de croiser notre chemin. Malchance car Amandine en tombe amoureuse et le mitraille de photos ! Dommage qu’on ne puisse pas l’adopter, car il est bien mignon (Rémi a inventé une histoire d’espèce protégée, pour ne pas avoir de Bernard dans la voiture…) ! Nous apercevons aussi une tortue de mer, qui nage parallèlement à la plage, à quelques mètres du bord seulement. Nous nous amusons à la suivre, en nous laissant guider par sa petite tête qui refait surface tous les 5 mètres.

P1090812 (1)

Et voici Bernard !

L’après midi, après une petite sieste à l’ombre des arbres entourants notre emplacement, nous retournons sur la plage, pour nous baigner. Non pas dans l’océan (il y des requins et surtout des raies dont le dard peut être fatal) mais dans des petites piscines naturelles formées entre les rochers avec la marée basse. L’eau y est chaude et très peu profonde ! Apparement nous ne sommes pas les seuls à avoir eu cette idée, car nous sommes vite rejoins par un couple !

Le soir, nous … retournons sur la plage ! Et oui, ici, il n’y a pas grand chose d’autre à faire ! Cette fois-ci, c’est pour y voir le coucher de soleil ! Nous posons donc nos chaises sur le sable et observons le spectacle. Alors que Rémi est en train de mitrailler le soleil de photos, un couple d’une soixantaine d’années nous approche, pour discuter. Ils sont très gentils et, au bout de 5 minutes, nous nous apercevons que nous nous connaissons ! Nous leur avons servis de la bière à la Lucky Bay Brewery d’Espérance, quelques mois auparavant ! C’est tout simplement incroyable ! Au final, l’Australie est plus petite qu’elle n’y paraît ! C’est donc avec grand plaisir que nous donnons rendez vous à Ian et Jenny quelques jours plus tard, à Broome, pour aller goûter la bière de la brasserie locale.

P1090742 (1)

A la prochaine !

La suite et fin de notre road trip à venir dans cet article

Publicités

6 réflexions sur “Road trip #2 : à la découverte de l’Ouest Australien (2ème partie)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s