Road trip #2 : à la découverte de l’Ouest Australien (1ère partie)

Suite à notre séjour dans le sud–ouest Australien avec la visite d’Espérance, Albany, Perth et ses alentours, nous avons entamé la remontée vers le nord du pays. Ce second road trip nous a emmené tout le long de la côte ouest, depuis Perth, jusqu’à Kununarra, dernière ville que nous avons visité avant d’atteindre le Territoire du Nord. Petit retour sur notre carnet de voyage.

Jour 1
Perth a Cliffhead, 316 km

Après avoir passé quelques jours à visiter Perth, Fremantle et Rottnest Island, nous prenons enfin la route nous menant vers le nord ! Avec plus de trois mois de retard sur notre planning initial, nous commencions à croire que ce jour n’arriverait jamais… ! La Frogmobile se remet donc en route après de long mois à se reposer ! Située à 250 km au nord de Perth, notre première étape est le parc national de Nambung, connu aussi sous le nom de désert des Pinnacles. Les pinnacles sont des formations rocheuses naturelles, qui sont apparues il y a 25 000 à 30 000 ans. Leur origine n’est pas encore très claire, mais les scientifiques ont émis plusieurs hypothèses à leur sujet. L’une d’entre elle explique que ces rochers seraient des dépôts de coquillages, laissés là après le retrait de la mer.

P1090097 (2)

Le désert des pinnacles, un paysage unique !

Très impressionnants (certains mesurent plus de 5 mètres de haut !), les pinnacles recouvrent un désert de 190 kilomètres carrés. Un parcours est balisé pour que les voitures puissent conduire aux milieux des rochers, mais il est tout à fait possible de se promener à pied. Pour le coup, pas de balisage, on peut aller où on veut ! Attention tout de même à ne pas se perdre ! Car ici, ça peut vite devenir un vrai labyrinthe ! Pour notre part, nous faisons le tour en voiture, pour avoir un bon aperçu des environs, puis à pied, pour voir les pinnacles de plus près et prendre des photos ! Nous avons vraiment aimé nous retrouver parmi ce paysage unique au monde, et si contrastant avec tout ce que nous avons pu voir en Australie auparavant !

 

Sur la route nous menant vers notre premier campement, nous faisons un petit arrêt au parc national Lesueur. Peu connu, nous décidons quand même d’aller voir de plus près de quoi il en retourne ! Et bien laissez nous vous dire que nous ne sommes pas déçu par le détour ! Nous admirons ici un paysage tout en verdure ! Tellement vert que nous nous demandons un instant si nous n’avons pas changé de pays au cours des derniers kilomètres ! Ici, pas de désert avec des cailloux de 5 mètres de haut, non, mais beaucoup de buissons, d’herbes, et de fleurs ! Nous avons la chance d’arriver à la période de floraison des fleurs sauvages du bush australien. Un vrai bonheur ! Faute de temps, nous ne faisons pas la petite randonnée balisée, mais nous nous promenons quand même en voiture sur une vingtaine de kilomètres dans ce parc qui vaut vraiment le détour !

P1090152 (1)

Le magnifique paysage du parc national Lesueur

 

A savoir : Parc Nationaux

Les parcs nationaux en Australie sont pour la plupart payants. Le prix dépend de l’Etat dans lequel vous vous trouvez, mais certains parcs coûtent plus chers que d’autres, pour une raison qui nous échappe. En Australie Occidentale, il est possible d’acheter un pass valide un mois, et qui permet l’accès à tous les parcs nationaux de l’Etat (sauf certains, à gestion privé, où il faut payer en plus). Pour 48 dollars le pass, nous avons donc fait des économies, sachant que chaque parc coûte en général 12 dollars et que nous en avons visité 5. A savoir que le prix est par voiture, donc rentabilisé très vite si vous êtes 4 ! (mais même à deux, nous avons trouvé cela bon marché).

De plus, si vous comptez visiter l’Australie Occidentale, nous vous conseillons vivement de prendre le pass pour une autre raison : cela évite d’avoir à payer à chaque endroit ! La plupart des parcs en Australie sont en accès libre. Une “boîte à honnêteté” se trouve à l’entrée, où chacun doit déposer le montant demandé. Si vous n’avez pas d’espèces sur vous, c’est un peu galère, et vous risquez une amende si vous êtes contrôlés et n’avez pas payé…

P1090159 (1)

C’est reparti pour quelques semaines de camping !

Après cette journée bien remplie, nous nous dépêchons de rejoindre notre campement pour la nuit, avant que le soleil ne se couche. Ayant eu un lit confortable et une douche la veille, nous optons pour un des nombreux free camp qui borde la route. Celui-là est posté au bord de l’océan, avec une vue parfaite pour voir le coucher de soleil ! Nous commençons notre régime de backpacker : boîte de thon et pâtes instantanées !

Jour 2
Cliffhead à Kalbarri, 256 km

Dormir dans la voiture signifie reprendre un rythme de poule ! A savoir, nous nous levons et nous couchons avec le soleil ! Réveil matinal donc pour nous, avec au programme de la journée, de la route. Pas beaucoup, seulement 250 kilomètres, mais avec beaucoup de petits arrêts pour observer le paysage varié. Ainsi, nous  voyons un lac rose, des champs complètements recouverts de petites fleurs jaunes, des falaises déchiquetées par les vagues et les fameux leaning trees. Ces arbres sont assez insolites, car ils sont tous couchés ! La cause : les vents incessants qui balaient la région et forcent donc les végétaux à grandir de travers. Nous n’avions jamais rien vu de tel auparavant ! En tout cas, ce fut une super opportunité photo !

 

P1090170 (1)

L’un des leaning tree qui borde la route allant vers le nord

Arrivés à la ville de Kalbarri, Rémi profite du beau temps pour aller faire une séance de snorkelling (plongée avec masque et tuba) à la plage toute proche. Pas beaucoup de coraux mais pleins de jolis poissons ! Amandine elle, a trop froid et préfère attendre sur la plage, à surveiller les eaux pour les requins qui croqueraient bien Rémi (mais non, on rigole ! ).

Petit dodo dans un camping, payant cette fois-ci, pour pouvoir prendre une bonne douche chaude et profiter de la cuisine ! Comme ça, nous mangeons quelque chose d’un peu plus sophistiqué : des pommes de terre sautées ! Le grand luxe !

JOUR 3
Kalbarri à Denham, 377 km

P1090213 (1)

La nature window de Kalbarri

Nous quittons la ville de Kalbarri tôt le matin, avec pour direction l’un des endroits les plus photographié d’Australie Occidentale : la nature window du parc national de Kalbarri. Il s’agit d’une fenêtre naturelle formée dans la roche rouge, offrant un point de vue incroyable sur la gorge en contrebas. Nous passons pas mal de temps à prendre différentes photos, et à observer les environs, qui sont juste magnifiques ! Le parc en lui même est assez grand, et il y a plusieurs petites promenades balisées, qui nous permettent d’avoir différentes vues sur les gorges ! On peut facilement y passer plusieurs jours si on a le temps ! Ce n’est pas notre cas, mais nous en prenons quand même plein la vue !

P1090201 (1)

Après la visite du parc, nous remontons dans la Frogmobile, direction Shark Bay, à 3h30 de là. Pas mal de temps passé sur la route, sans arrêt particulier. Les paysages commencent à devenir désertiques par ici.

Nous atteignons la péninsule de Shark Bay en fin d’après midi, et allons directement réserver notre emplacement de camping dans la ville (enfin bon, ce qui fait office de ville dans les 500 km alentour) de Denham. Nous avons la surprise de voir des émeus se promener dans les rues, marcher entre les voitures et sur les trottoirs !

P1090253 (1)

Parc National de Kalbarri

JOUR 4
Shark Bay à Edaggee, 270 km

P1090477

Le littoral de Shark Bay

Nous avions longtemps hésité à visiter Shark Bay, et pour cause : cela nous faisait un sacré détour. Après avoir pesé le pour et le contre et parlé à plusieurs Australiens, nous avons décidé d’y aller et n’avons pas été déçu ! La péninsule de Shark Bay est connue pour plusieurs raisons. Tout d’abord, elle accueille le parc national François Peron. Nous ne pouvons malheureusement pas le visiter car la Frogmobile n’aurait pas résisté au trajet ! N’ayant pas le véhicule adapté, nous préférons ne pas prendre de risques, mais pourquoi pas revenir un jour !

P1090299Deuxièmement, on y trouve la réserve naturelle de Monkey Mia. Ici, ce sont des dizaines de dauphins qui vivent en totale liberté dans les eaux turquoises de la baie. Des volontaires s’occupent de les nourrir quotidiennement, depuis des années. Certes, cette activité est devenue très touristique – et payante (12 dollars par personne) – mais nous avons tout de même beaucoup apprécié ! Pour avoir une meilleure chance de voir les dauphins, il faut venir tôt le matin ! C’est ce que nous faisons, en partant du camping à 7h. Il est vraiment très agréable de voir les cétacés dans leur milieu naturel, venir tout près de la plage, à notre rencontre. Ils sont nourris seulement 10% de leur chasse quotidienne, ce qui correspond à environ 3 poissons. Cela évite qu’ils ne s’habituent trop aux humains et arrêtent de chasser. Les volontaires désignent quelques personnes parmi la foule nombreuse (une centaine de touristes sont présents ce jour là), qui peuvent leur donner un poisson. Amandine a la chance d’en faire partie, à son grand bonheur ! C’est donc Piccolo qui reçoit un joli petit poisson !

P1090441

Amandine nourrit Piccolo

Attention, pas le droit de toucher aux dauphins ! La baignade est même interdite sur cette plage, pour éviter de déranger les mammifères. A savoir que les dauphins ne viennent pas sur demande, et ne sont pas appâtés. C’est plutôt tout le contraire. Les volontaires attendent que les cétacés soient proches de la plage et montrent leur envie d’interagir avec les humains. Certains jours, ils préfèrent rester au large, à jouer ou pêcher. Le “spectacle” n’a donc pas lieu. En attendant que les dauphins viennent à notre rencontre, nous apprenons plein de choses à leur sujet. Notamment un fait qui nous était inconnu : les dauphins de Monkey Mia ont pour habitude de coincer une éponge (de mer) dans leur bouche, pour éviter de se cogner contre les rochers dans les fonds algueux, où ils n’ont pas de visibilité. Cette technique de pêche est passée de mère en fille, et n’est utilisée que par les femelles, les mâles chassants ailleurs.

P1090276

Il y a aussi beaucoup de pélicans à Monkey Mia !

Après plus de deux heures passées sur la plage avec les dauphins, nous reprenons la route pour nous diriger au sud de la presqu’île. Nous faisons 3 arrêts, pour voir différents paysages.

Tout d’abord, nous allons voir le littoral, avec ses belles eaux turquoises. Ca donne vraiment envie de se baigner ! Mais… la péninsule s’appellant Shark Bay (la baie des requins), il faut tout de même faire attention ! Donc pas de baignade pour nous ! Nous tenons trop à garder tous nos membres !

 

Ensuite, nous marchons sur Shell Beach, la plage aux coquillages. En fait, ici, il n’y a pas de sable. Seulement des centaines de milliards de fragments de coquillages, qui se sont accumulés aux cours des siècles derniers. C’est un spectacle vraiment intéressant, mais qui fait mal aux pieds ! Le port de tongs est fortement conseillé ! En repartant, nous croisons sur la route… un échidné ! Cet animal typiquement Australien s’apparente à notre hérisson, ou encore au porc-épic. Il se met en boule si il perçoit du danger. Attention, qui s’y frotte…s’y pique !

 

Finalement, dernière étape, nous allons admirer les stromatolithes…. Mais quésako ? Il s’agit de rochers vivants (par les bactéries qui l’habitent) et donc, qui respirent ! C’est l’une des formes de vie les plus anciennes au monde, et ils existent depuis 3,7 milliards d’années. Et même s’ils ne payent pas de mine, ces rochers ont eu leur rôle à jouer dans la création de la vie sur terre. Sans eux pas d’atmosphère respirable et donc… pas de nous ! Shark Bay est l’un des rares endroits au monde où l’on peut voir des stromatolithes « actifs », nous profitons donc de l’occasion pour les observer.

P1090508

Les stromatolithes de Shark Bay

Nous passons la nuit dans un campement gratuit, en nous rapprochant de notre destination suivante : Coral Bay.

JOUR 5 et 6
Edaggee à Coral Bay, 320 km 

P1090513

Une termitière géante

Nous partons tôt de notre campement, pour vite rejoindre Coral Bay ! Pas beaucoup d’arrêts pour nous, sauf pour prendre en photo une termitière géante ! Ici, et dans tout le nord australien comme nous l’avons découvert plus tard, il y a des termitières énormes, qui sont présentes absolument partout ! C’est un spectacle assez déroutant ! Nous ne nous attardons pas pour voir si les occupantes sont là….

Arrivés à Coral Bay, nous allons directement au camping, pour réserver notre emplacement pour les deux prochaines nuits ! Ici, pas beaucoup d’autres endroits où aller, car à part deux campings, il y a : une boulangerie, un petit supermarché, une boutique de souvenirs/bureau de tabac et une agence pour faire des sorties en bateau. Coral Bay est donc minuscule, mais ici, les touristes ne viennent pas pour y faire du shopping ! Ils viennent pour passer du temps à la plage, et explorer les eaux avec masques et tubas ! En effet, Coral Bay est un vrai paradis pour les amoureux de plongée ! Les coraux sont à 20 mètres du bord, donc accessibles à tous, et il y a des centaines de poissons multicolores partout !

Nous passons deux jours à nager dans les eaux turquoises et à explorer les fonds marins. Les coraux sont vraiment très jolis, certains sont même bleu électrique ! On se trouve ici, dans la réserve sous-marine du Ningaloo Reef. Nous découvrons même l’un des plus gros massifs coralliens de l’hémisphère sud : un mini Uluru sous l’eau ! (voir la photo du milieu)

 

JOUR 7
Coral Bay à Exmouth, 150 km

Pour notre 3ème et dernier jour à Coral Bay, nous nous faisons plaisir ! Nous avons décidons de mettre de côté notre petit budget de backpacker, et réservons un tour en bateau, pour aller faire de la plongée avec les raies manta !!! Coût de l’opération : 120 dollars chacun, ce qui au final, n’est pas si cher que ça !

DCIM106MEDIA

Prêts à plonger !

Après un petit déjeuner léger, un pliage de lit et rangement de Frogmobile express, nous rejoignons notre groupe pour prendre la navette jusqu’au bateau. Nous sommes seulement 10 à faire la sortie ce jour-là, avec pour nous accompagner le pilote et deux moniteurs. Petit comité donc, ce qui nous convient à merveille ! La sortie se déroule sur plusieurs étapes. Tout d’abord, nous rejoignons un premier spot de plongée, où nous nageons avec masques et tuba. Nous découvrons pleins de coraux et de poissons que nous n’avions pas pu voir depuis la plage. Superbe ! Nous ne nous éloignons tout de même pas trop du bateau, car le courant aurait tôt fait de nous emmener au large…

Nous partons ensuite à la recherche des fameuses raies mantas… Pour ce faire, un petit avion est déployé pour patrouiller les airs et détecter les mouvements des raies. Cela peut prendre pas mal de temps, et certains jours, aucune raie ne parcourt les environs… Mais, nous avons de la chance ! Une raie manta est vite repérée, et nous nous dépêchons d’aller la rejoindre ! Sur le “chemin”, nous avons la bonne surprise de croiser… une baleine avec son bébé ! Elles passent toutes deux à quelques mètres de nous, et c’est un spectacle magique ! Nous nous sentons vraiment petits à côté ! Malheureusement elles ne sautent pas en l’air et ne font pas sortir leur queue de l’eau comme nous avons pu le voir de loin avant, mais nous sommes tout de même super contents !

 

Une fois arrivés à hauteur de la raie manta, nous sautons dans l’eau avec notre accompagnatrice, et la suivons en nageant derrière elle. Interdiction de plonger pour se rapprocher de la raie car il ne faut pas l’effrayer. Nous la suivons donc  tranquillement pendant 5 minutes, puis nous remontons dans le bateau, pour laisser la place aux autres touristes voyageants avec d’autre compagnies. Nous retournons la voir deux fois de plus, et c’est toujours aussi incroyable ! La raie manta est vraiment majestueuse ! Sa façon de se mouvoir, à la manière d’un immense oiseau est très apaisante. Difficile pour nous de capturer le moment avec la caméra, mais les souvenirs resterons gravés dans notre mémoire !

Après cette rencontre inoubliable, nous naviguons jusqu’à un second spot de plongée. Nous sommes cette fois-ci accompagnés, car notre guide veut nous montrer un endroit particulier. Nous parcourons les coraux, jusqu’à atteindre un tombant. En dessous de nous, il y a… des requins ! Pas de panique, il s’agit seulement de requins de récifs, et donc, inoffensifs, mais très impressionnants quand même ! Et tout près de nous, nage une magnifique tortue de mer !

Après cette excellente sortie en bateau, des souvenirs pleins la tête, nous reprenons la route ! Nous voulions passer la nuit dans un campement gratuit, seulement, celui que nous avons trouvé ne s’est pas révélé être très accueillant… Du coup, nous poussons jusqu’à la petite ville d’Exmouth, pour avoir un camping grand confort (oui bon, avec douche et toilettes … !)

P1090200 (1)

Le parc national de Kalbarri

Vous pouvez voir la suite de notre road trip dans cet article

 

Publicités

6 réflexions sur “Road trip #2 : à la découverte de l’Ouest Australien (1ère partie)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s