Road trip #1 : d’Adélaïde à Espérance

Notre premier road trip en Australie nous a emmené d’Adélaide à Espérance. En 20 jours, ce sont près de 6000 km que nous avons parcouru dans notre Frogmobile ! Même si la route fut longue, nous avons découvert des paysages incroyables ! Petit retour sur notre périple !

Flinder Ranges

P1050090

Wilpena Pound

La première destination de notre road trip en partant d’Adélaide a été le parc national des Flinder Ranges. Situé au nord-est de la capitale d’Australie Méridionale, ce parc est nottament connu pour le Wilpena Pound, une formation rocheuse ressemblant à un cratère. Il s’agit en fait de deux chaînes de montagnes en arc de cercles, collées l’une à l’autre, avec une gorge offrant un accès au centre. De nombreux chemins de randonnée en font le tour ou la traversent, offrant des vues spectaculaires ! Nous avons pour notre part préféré faire une randonnée de 2h, nous emmenant sur l’un des versants, d’où nous avions une vue incroyable sur l’intérieur de la formation. La végétation, très dense et verte, offre un véritable refuge pour la faune locale. Au camping du parc, nous avons même eu la visite de kangourous sur notre emplacement ! Une très bonne surprise !

Coober Pedy

Arrêt incontournable sur la route allant au nord du pays : Coober Pedy ! N’hésitez pas à lire (ou relire) notre article étant consacré à cette ville minière pas comme les autres !

Mont Connor

p1050454.jpg

Mont Connor

En arrivant sur Uluru, on peut apercevoir sur la gauche une immense montagne. Tout de suite, n’importe qui s’entend dire “ c’est Uluru !”, à tord ! En effet, cet amas rocheux n’a rien du grand caillou sacré. Il s’agit du Mont Connor, une montagne perdue au milieu de nulle part. A y regarder de plus près, on se rend compte rapidement que sa forme est différente de celle d’Uluru, et qu’il est plus petit ! Le Mont Connor mesure en effet 300 m (contre 348m pour Uluru). On nous avait prévenu de sa présence, mais nous sommes tout de même tombés dans le panneau !

Uluru, les Olgas et Kings Canyon

Le but de notre premier road trip était d’aller voir l’une des icônes du pays : Uluru. Nous y avons consacré un article : Petit détour par le centre rouge.

Port Augusta

Ville charnière entre la route menant au nord et celle menant à l’ouest, Port Augusta est un arrêt incontournable. Non pas pour la visiter, ne lui ayant pas trouvé de charme particulier, mais pour y faire des réserves en nourriture avant de prendre la route. Après cette ville, il devient en effet très cher de se ravitailler… Nous avons donc profité des nombreux magasins sur place pour acheter des boîtes de conserve, et surtout de l’eau ! Et oui, on ne saurait être trop prudent !

P1050697

La route est parfois très monotone !

Gawler Ranges

Notre premier arrêt sur la route nous menant à l’ouest du pays a été le parc national des Gawler Ranges. Nous avons eu le plaisir de parcourir des petites routes poussiéreuses perdues au milieu de la nature sauvage. Des centaines de kangourous nous ont accompagnés pendant de nos deux jours de périple, au cours desquels nous n’avons d’ailleurs pas croisé un seul être humain…

Streaky Bay

Petit village portuaire, Streaky Bay est un vrai bijou. Nous y sommes restés 3 jours, juste avant d’entamer la longue traversée du Nullarbor. Avec des plages magnifiques, des lions de mers et des pélicans, cet endroit nous a tout de suite charmé !P1050890

Nullarbor

Seule route menant de l’est à l’ouest, la Eyre Highway emprunte ce que l’on appelle le Nullarbor. Cette région quasi désertique de près de 1200 km de long s’étalant de Ceduna, en Australie méridionale à Norseman, en Australie Occidentale, est un incontournable dans tout road trip en Australie ! On y retrouve la plus grande ligne droite du pays : 146 kilomètres sans tourner le volant ! Autant vous dire que nous avons été heureux de retrouver des semblants de virages après cela !

P1050642

Les aigles sont nombreux sur la route !

Même si certains disent s’ennuyer en traversant le Nullarbor à cause de son aspect apocalyptique, nous avons au contraire trouvé cette partie du pays assez incroyable. Certes, il n’y a rien, mais cela rend les choses vraiment impressionantes ! A des centaines de kilomètres à la ronde, ce ne sont que buissons et herbes brulées par le soleil. Quelquefois, un arbre mort se dresse, sur lequel nous avons souvent pu admirer des aigles. Ces oiseaux de proie se nourissent en effet des road kills, ces animaux tels les kangourous qui se font écraser par les voiture. Un vrai festin donc pour ces rapaces ! En revanche, leur présence sur la route peut s’avérer dangereuse, comme nous avons pu le découvrir… Etant souvent posés au milieu de la route, ils ne sont pas très réactifs à l’approche des voitures roulant à 110 kilomètres heures, et il leur faut un certain temps pour bouger. Nous avons de cette manière faillit en écraser un. Heureusement, seulement quelques plumes ont frolé notre pare brise…. Il est apparement commun pour les conducteurs de camion d’en heurter, comme nous l’avons vu illustré sur une carte postale ! Une triste fin pour ces oiseaux majestueux…

P1050946

Le paysage bordant la côte du Nullarbor est magnifique

Le long de la route, de nombreux arrêts « panorama » sont proposés aux conducteurs. Parfait pour faire une pause et ne pas s’endormir ! Ces aires sont donc les bienvenues, surtout qu’elles offrent une vue spectaculaire sur la côte. En effet, la route se trouve le long d’une imposante falaise surplombant l’ocean… Pendant l’hiver austral, l’on peut même apercevoir des baleines !

 

Kalgoorlie-Boulder

Dernier arrêt sur notre route avant Espérance, Kalgoorlie-Boulder ! Cette ville minière de 32000 habitants perdue au milieu de nulle part est très importante pour la région, de par son économie : la prospection d’or. A la différence de Coober Peddy où les mines sont éparpillées autour de la ville et gérées de façon indépendante par des prospecteurs solitaires, ici, à Kalgoorlie, c’est le contraire. En 1988, pour éviter que les nombreux chercheurs d’or se disputent les concessions, une cooperative rassemblant pas moins de 260 propriétés s’est crée, contrôlée par le Bond International Gold . Aujourd’hui, c’est la société KCGM qui est en charge de l’extraction d’or dans la région. Le site principal en est l’énorme Super Pit. Situé à seulement quelques centaines de mètres de la ville, ce trou béant de 3,6 kilomètres de long sur 1,6 de large pour 512 mètres de profondeur est exploité 24h sur 24. Chaque année, ce ne sont pas moins de 15 millions de tonnes de roches qui sont extraites, dont environ 28 tonnes d’or, faisant du site l’une des mines les plus rentables d’Australie. La première découverte d’or remonte à 1893, et ce site d’extraction était considéré comme le plus grand au monde jusqu’en 2016, année à laquelle il fut détrôné par une autre mine d’Australie. Il emploie aujourd’hui 550 personnes.

P1060036

Le Super Pit de Kalgoorlie-Boulder

Nous sommes allés voir ce fameux Super Pit depuis le point de vue officiel. Nous avons été bluffés par l’immensité du site, bien que n’étant pas très fans à l’idée de détruire l’environnement de cette façon… Ce fut cependant le moment d’ »admirer » les énormes machines opérants sur le site. Parmi celles-ci, des énormes camions (à vide, ils pèsent pas moins de 150 tonnes, et peuvent en transporter jusqu’à 240 !), acheminants les gravas excavés depuis le centre de la mine, jusqu’au sommet.

Beaucoup d’environnementalistes dénoncent les actions de la mine, car celle-ci a un impact non négligeable sur la ville toute proche. Entre le bruit, les vibrations des explosions et la pollution atmosphérique, nous n’envions pas les habitants !

La ville en elle même n’a rien d’extraordinaire, si ce n’est le fait qu’elle donne l’impression de se trouver dans le far-ouest, avec ses saloons, ses strip-teaseuses et les seules maisons closes légales d’Australie.

Nous avons cependant beaucoup apprécié une visite, celle du Royal Flying Doctor Service.
Le RFDS est absolument incroyable et inimaginable à la fois ! Il s’agit en effet d’un service médical gratuit, opérant dans tout le pays. Venant au secours de toute personne malade ou en danger à l’aide de véritables hôpitaux volants, ce service permet de sauver des vie, dans n’importe quelle situation. Ce sont de vrais couteaux suisses médicaux qui sillonnent le ciel Australien. Les avions sont pour la plupart équipés en Suisse, et sont minutieusement pensés pour pouvoir transporter du matériel médical de très haute qualité ainsi que plusieurs passagers. Chaque recoin de l’appareil doit pouvoir être exploité ! Des avions sont situés dans plusieurs villes stratégiques d’Australie, pour pouvoir efficacement couvrir tout le territoire. Les pilotes ont suivis une formation spéciale, et ils doivent être préparés à atterrir à n’importe quel endroit, dans n’importe quelle situation.

P1060014

L’un des 68 avions du Royal Flying Doctor Service

Des fois, des routes telles que celle du Nullarbor sont utilisées, d’autres fois, il faut réussir à se poser dans un champ, au milieu du bush ou sur un sol rocailleux… même si cela est périlleux. Les avions et équipes médicales sont prêts au décollage 24h sur 24, pour aller sauver des vies. Touristes étrangers, travailleurs ou aborigènes vivants dans des communautés perdues dans le désert, tout le monde peut bénéficier de ce service. Chaque avion se compose d’une équipe minime. Un pilote, un docteur et un infirmier. Seul deux passagers peuvent être embarqués. Si la personne blessée est un enfant, une personne proche peut également l’accompagner, et faire le voyage jusqu’à l’hôpital le moins éloigné. Dans certains cas exceptionnel où le patient habiterait au milieu du désert, le RFDS s’engage à le ramener chez lui en avion, gratuitement !

En plus de venir au secours de personnes blessées ou en danger, le RFDS se rend chaque année dans les communautés aborigènes reculées, pour offrir gratuitement une consultation médicale à tous les habitants. Enfants, femmes enceintes, personnes âgées,… tous ont ainsi accès à un minimum de soins, gratuitement. De plus, une valise médicale est laissée sur place, contenant des médicaments de base. Lorsque quelqu’un dans la communauté est malade, il suffit d’appeler l’un des docteurs par radio, pour être conseillé sur les dispositions à prendre. Toutes les valises sont identiques et ont le même contenu : elles ont été conçues de manière à pouvoir être utilisés par tout le monde. Tous les médicaments sont donc classés par numéro plutôt que par nom ( exemple, pour une migraine, prendre 2 comprimés numéro 5), rendant les choses plus faciles pour les personnes ne sachant pas lire.

Ce service extraordinaire a été fondé en 1928, par le Révérend John Flyn, dont le rêve était d’apporter une sécurité médicale aux personnes vivant dans le bush australiens, notamment aux communautés aborigènes. Actuellement, ce sont 68 avions médicaux qui opèrent tout autour de l’Australie, et qui ont effectué pas moins de 26 millions de kilomètres en 2016 (l’équivalent de 600 fois le tour de la Terre ! ).

P1050932

Les fameux cacatoès rosalbins

Reststops (freecamps, caravan parks)

La route menant à Uluru étant longue, il nous a fallu faire de nombreuses pauses, le temps de se dégourdir les jambes, mais aussi pour passer la nuit. Plusieurs options de logement sont possibles dans l’Outback, les moins chères restant les campings, payants, ou gratuits (il suffit de planter sa tente n’importe où !). Nous avons alterné les deux, de manière à économiser de l’argent mais aussi pour pouvoir prendre des douches de temps en temps ! D’ailleurs, certaines Roadhouses (relais routiers) proposent des douches pour un prix très raisonnable (2 ou 3 dollars pour environ 5 minutes d’eau chaude – dans le meilleur des cas), ce qui nous a permis de maintenir un certain niveau d’hygiène tout en dépensant peu d’argent (le parking étant gratuit pour y passer la nuit).

P1050993

Quand on campe gratuitement, on doit des fois se contenter du strict minimum !

En ce qui concerne les campings payants que nous avons pu tester, nous pourrions presque établir un palmarès ! Il y a ceux comme à Coober Peddy, extrêmement cher (40 dollars) pour un espace alloué de 3 mètres sur 2… ou comme celui de Streaky Bay, notre préféré, où pour 25 dollars, nous avions vue sur la mer et des infrastructures flambantes neuves !

Stations essence éloignées

P1050112

Prochaine station service dans 253 km !

Quand on voyage au coeur de l’Australie en voiture, il faut faire attention à son niveau d’essence ! En effet, les stations service ne courent pas les rues (ou plutôt l’unique route qui traverse l’Australie du Nord au Sud) et il faut des fois attendre 450 km avant de trouver le prochain arrêt où faire le plein. Du coup, vu que nous n’avions pas de jerrican avec nous, nous avons préféré anticiper et faire le plein a chaque station croisée ! Une bonne idée : avoir assez d’eau et de nourriture pour pouvoir survivre en cas de pépin avec la voiture ! Dur d’avoir un dépannage rapide quand on est perdu au milieu de nulle part ! 

Road trains

P1050645

Les road trains sont vraiment impressionnants !

Pouvant faire jusqu’à 53 mètres de long et tirant 2 ou 3 remorques, les road trains font partie du quotidien routier australien. Ces énormes camions contenant des marchandises ou du bétail sillonnent les routes du pays, de jour comme de nuit. On ne va pas vous cacher que nous étions un peu effrayés lorsque nous avons croisé le premier, roulant aussi vite que nous. Ils sont tellement imposants qu’il faut bien faire attention à ne pas dépasser du mauvais côté de la route !

Grey Nomads

On les appelle les Grey Nomads, ou, en français, les nomades gris. Il s’agit d’une catégorie bien spécifique : les retraités voyageant en caravane.

P1050980Les Grey Nomads sont une partie de la population en pleine expansion. Depuis le début des années 2000, ce groupe s’est de plus en plus amplifié, et ce sont désormais des milliers d’australiens qui arpentent les routes du pays chaque année. Si certains se contentent de voyager quelques mois par an pour échapper à l’hiver austral, d’autres ont carrément décidés de vendre leur maison et l’ont échangée contre une maison roulante. Ces nomades septuagénaires parcourent désormais les routes de l’Australie à la découverte de leur pays natal, à la recherche d’expériences nouvelles, de liberté, ainsi que du bonheur ! Ils ne sont pas forcement fortunés, et beaucoup voyagent avec un budget limité, soit une partie de leurs économies, soit leur retraite ! Pour ceux qui ont les moyens, cela se reflète sur leur équipement : caravane flambante neuve et 4×4 dernier cri….

C’est ainsi que nous avons été accompagnés de papy et mamy tout au long de notre parcours ! Nous en avons rencontrés qui avaient déjà fait 4 fois le tour de l’Australie ! Autant vous dire que nous les envions…

 

Ce premier road trip en Australie s’est très bien déroulé, et nous avons pu voir des paysages magnifiques et inoubliables. Nous avons tout de même été contents d’arriver à Espérance et de retrouver un peu de confort et de civilisation en posant nos valises à la Lucky Bay Brewing, où nous sommes restés 5 semaines en HelpX, à fabriquer de la bière (ne manquez pas la vidéo que nous avons faites sur la bière la plus locale d’Australie) !

 

P1050110

Notre petite Frogmobile

Publicités

3 réflexions sur “Road trip #1 : d’Adélaïde à Espérance

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s